Contenu

Intérêts pour les entreprises

 

L’intérêt de réaliser un PDE est évident pour les salariés dans la mesure où, sans parler des enjeux environnementaux, il permet une meilleure desserte de l’entreprise. Mais c’est pour l’entreprise et sa direction, que les bénéfices sont les plus divers et nombreux. Les atouts de ce type de démarche côté entreprises sont décrits ci-après (de manière non exhaustive).

Réduction des coûts :

Un plan de déplacements a entre autres pour vocation d’optimiser les déplacements professionnels, ce qui entraîne mathématiquement une réduction des dépenses pour la société (moins de déplacements ou déplacements mutualisés, offre de mobilité plus adaptée en fonction des situations, etc.), voire pour ses fournisseurs.

Parallèlement, l’usage de véhicules plus sobres et la pratique de l’écoconduite permettent de diminuer d’autant le budget déplacements.

Par ailleurs, dans des régions urbaines où la pression foncière est importante, un plan de déplacements peut permettre de réduire les surfaces de parkings, les salariés s’orientant vers les modes alternatifs [1] ; il est ainsi possible de réaliser des économies de foncier en cas d’installation nouvelle ou d’éviter des déménagements onéreux si l’entreprise projette de s’agrandir.
De même en cas de déménagement, un PDE peut être une solution pour trouver un site garantissant des conditions d’accessibilité optimales et perturber le moins possible la mobilité des salariés.

Un PDE doit aborder systématiquement la question de la sinistralité des salariés dans le cadre de leurs trajets domicile-travail et professionnels. Il veille à ne pas augmenter les risques routiers pour les employés, susceptibles notamment d’entraîner absentéisme et perturbations dans l’entreprise. Contrairement à l’exposition des deux roues motorisés qui est très forte (voir rubrique PDE et risque routier), l’exposition aux risques des modes actifs est statistiquement beaucoup plus faible ; le sur-risque comparé à la voiture est en outre gommé par les bénéfices sur la santé liés à l’activité physique. Or, un salarié en bonne santé est généralement plus efficace au travail.

Enfin, d’autres gains peuvent être aussi cités, comme une diminution des retards des employés, une employabilité accrue (par exemple, il est plus facile de travailler en horaires décalés quand la desserte en transports en commun existe à ces heures), un périmètre de recrutements élargi, une fidélisation des salariés donc des économies en tutorats et formations, etc.

La plupart du temps, les coûts de mise en place d’un PDE (coût éventuel du BE, coût des actions, etc.) sont aussi largement compensés par les bénéfices tirés de la démarche.

Amélioration des rapports et du service rendu à la clientèle

Tous les bénéfices tirés de l’amélioration la desserte de l’entreprise pour les salariés sont naturellement profitables à la clientèle.

Cette dernière bénéficie d’une meilleure information pour accéder au site.

Par ailleurs, s’engager dans une démarche de type « développement durable » est dans de nombreux cas un atout et constitue une plus value. L’image de l’entreprise ou de la marque qu’elle représente s’en trouve grandement améliorée.

Enfin, réaliser un PDIE peut permettre à l’entreprise d’élargir le cercle de relations (partenaires, clients) au travers des liens établis dans le cadre du PDIE.

Responsabilité sociétale et environnementale


Les questions relatives à la Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE), contribution des entreprises aux enjeux du développement durable, concernent de plus en plus d’entreprises et à ce titre, s’engager dans une démarche PDE peut constituer une réelle opportunité.

Ces questions intéressent aujourd’hui la plupart des entreprises au travers des nombreux lieux et procédures de concertation (comité d’entreprise, comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail…).

Pour autant, ces préoccupations prennent de plus en plus un caractère inévitable : existence de clauses de RSE dans le cahier des charges de certains clients, modification des achats pour valoriser des critères de RSE dans le choix des contrats, mise en œuvre de politiques spécifiques contre les discriminations, mesures préventives pour pallier les risques professionnels, développement d’écoproduits, démarche d’amélioration énergétique ou de réduction des émissions de gaz à effet de serre, engagement sur la préservation de la biodiversité, etc.

La moitié des sociétés impliquées dans la RSE donnent des conseils à leurs clients pour les sensibiliser aux impacts que leur choix de produits a sur l’environnement et leur bien-être (source INSEE). Pourquoi ne pas aussi partager son retour d’expériences en matière de PDE avec ses clients ?

Parallèlement, les entreprises sont de plus en plus soumises à des obligations, telles que l’obligation de produire un bilan social, un document d’information sur les relations sociales dans l’entreprise pour les structures de plus de 300 salariés, de dresser un inventaire des risques professionnels pour les unités légales de 50 salariés ou plus, etc.

Un PDE ne nécessite donc pas forcément un investissement important ; beaucoup d’investigations réalisées par ailleurs peuvent être exploitées dans le cadre d’un PDE et vice versa (nombre d’aspects traités dans les PDE seront valorisés dans le cadre de la RSE). Par ailleurs, le temps supplémentaire passé pour réaliser la démarche sera normalement amorti du fait du temps gagné par l’ensemble des collaborateurs sur leurs trajets professionnels à l’issue du PDE.

Amélioration du climat social

En termes de management, un PDE peut être l’occasion de resserrer les liens entre la direction et les salariés et d’instaurer un nouveau dialogue (salariés, syndicats) autour de l’amélioration des conditions d’accès au site et de travail.

Ce type de démarche transversale permet aussi de rapprocher les services entre eux et offre donc l’occasion d’obtenir une meilleure cohésion entre les équipes et avec la direction de l’entreprise.

Enfin, comme déjà évoqué, si l’entreprise se trouve à l’étroit sur son site, cela peut éviter un déménagement des salariés avec les conséquences négatives que cela peut avoir pour eux.

[1] les modes de déplacements alternatifs sont principalement : les transports en commun, le covoiturage, le vélo et la marche